Docteur Jekyll et Mister Hyde

Récemment, j’ai eu rendez-vous avec la maîtresse de Jasmée, pour le traditionnel bilan de fin d’année.

Avec le plan vigipirate, en Île de France, nous ne pouvons communiquer que très peu avec les enseignants de nos enfants.
La maîtresse ne m’ayant fait aucune remarque de toute l’année, je suis partie du principe que tout allait bien, mais je voulais faire un état des lieux avant la moyenne section.

Jasmée, c’est la forte tête de la maison. Quatre ans et demi après sa naissance, nous commençons tout juste à sortir la tête de l’eau.

Nous avons vécu des passages extrêmement difficiles avec elle. Je me souviens de périodes de crises quasi quotidiennes. D’une crise de la séparation carabinée et interminable (pendant deux ans, je suis allée aux toilettes ou mettre pendre mon linge avec des hurlements aux trousses). Il y a des périodes où j’ai pété les plombs, arrivant chez la nounou ou au travail en pleurs (Le soleil vient de se lever, encore une belle journée, lalalala…).
Elle a beaucoup de mal à contrôler ses émotions. Elle est comme un volcan en constante éruption. Elle a besoin de tout contrôler et de tout commander. Je la compare avec tendresse à un dragon: elle surveille la famille du haut de sa tour et dès que quelque chose lui déplaît, elle crache du feu. Elle est aussi extrêmement sensible. Elle a une voix rauque et grave (qui fait craquer tout monde), qui fait qu’on l’entend à 3 kilomètres, elle parle, rit, chante ou vocifère d’ailleurs sans discontinuer. Il est clair qu’elle n’a toujours pas trouvé sa place dans la famille (même si je crois moyennement aux théories de l’enfant du milieu, étant moi-même la 2ème et n’ayant jamais été une enfant compliquée ni une ado rebelle).

Aussi ai-je été stupéfaite de la description que m’en a faite la maîtresse: elle ne parle jamais en grand groupe. En petit groupe, elle ne parle que s’il y a son petit groupe de copains avec elle. Elle est timide, il faut du temps pour qu’elle prenne ses marques. Elle n’a jamais fait une crise ni une colère. Elle arrive à se retenir de pleurer même quand elle a un gros chagrin (à la maison, elle hurle à réveiller le quartier et à vous vacciner d’avoir un jour des enfants)…Bon, la maîtresse m’a quand-même dit qu’on sentait qu’il y avait « du potentiel » en matière de caractère, mais je n’en suis pas revenue. Mademoiselle double face/joker me regardait d’ailleurs en hochant la tête et en me souriant affectueusement pendant tout l’entretien.

Pendant très longtemps, je me suis dit: « Le problème, c’est nous », mais aussi: « Qu’est-ce que j’ai fait? », « Mais qu’est-ce qu’on a fait? ». On est allé voir une psy. J’ai pleuré devant mon pédiatre (il a l’habitude, le pauvre), qui a tenté de me déculpabiliser au maximum (pourtant, je suis pas une mère poule, docteur, vous pensez que c’est parce que je l’ai confiée à 8 mois pendant 10 jours, c’était trop tôt, hein docteur?). Ce n’est pas non plus un problème d’autorité, je sais que nous n’en manquons pas.

Et puis un jour, une collègue m’a parlé d’une théorie. Sur le coup, on en a rigolé comme des baleines, se disant que les psys étaient vraiment prêts à toute doctrine pour nous dédouaner et nous faire déculpabiliser: les enfants « difficiles », qui ne font de crises avec personne sauf avec vous, seraient la preuve que vous êtes un roc, un socle affectif à toute épreuve, que votre enfant est tellement certain de votre amour qu’il sait pouvoir se servir de vous comme réceptacle et comme défouloir de toutes ses frustrations. Au début, je n’y croyais pas. De la branlette (mes excuses pour cette vulgarité mais c’est l’expression la plus appropriée). Et puis, ça me fait une belle jambe d’être un réceptacle affectif quand tout le monde me regarde traîner ma fille braillant dans la rue. Mais je me suis bien rendue compte que c’est le rôle que m’attribuait Jasmée, après la nounou ou à la sortie de l’école, où, juste après avoir appris qu’elle avait été a-do-rable, elle se mettait systématiquement à pleurer ou à hurler sous un prétexte quelconque. J’avais appuyé sur le bouton de l’ascenseur avant elle. Il y avait un moucheron sur la vitre de la voiture. Une miette sur son tee-shirt. Je me souviens d’un rendez-vous chez le médecin où on ne l’avait pas entendue. Elle m’avait fait une telle colère en sortant que si mon praticien m’avait croisée dans la rue à ce moment, il aurait pu croire que ma fille venait de se faire mordre par un zombie ou dévorer par un chien enragé.

Alors, si votre fils ou votre fille, immanquablement, se met à beugler dans les 3 minutes qui suivent le moment où vous le réceptionnez, chaque jour sans exception, c’est incroyable mais je crois que c’est vrai: ça veut dire que vous n’êtes pas une mauvaise mère/un mauvais père (ça marche aussi). Ça veut même peut-être dire que vous êtes une bonne maman/un bon papa, ou qu’en tout cas, vous n’avez pas tout raté. Votre enfant sait que vous l’aimez, et ce qu’il cherche à se prouver, c’est l’inconditionnalité de votre amour, le propre de l’amour parental.

image

De ce livre offert par Ariane et que je vous recommande, nous avons tiré une maxime que je répète régulièrement aux filles, même et surtout quand il y a eu dispute: « Je t’aimerai toujours, quoiqu’il arrive ».

16 réflexions sur “Docteur Jekyll et Mister Hyde

  1. Carole dit :

    Aaaah le fameux bouton de l ascenseur ! Et la lumiere de la salle de bains! Et le petit beurre qu elle ne voudra meme pas toucher pour peu qu il ait un petit bout cassé. ..
    Je suis en plein dedans. Avec Jasmine (la 2eme…), qui est irréprochable à la crèche, polie comme pas deux (mais montre son caractère en rappelant régulièrement les autres à l ordre quand même ), et qui à la maison se transforme en sorcière (c’est pas moi qui le dis c’est sa soeur ! Mais je n en pense pas moins..)
    L enfant avec qui il faut sans arret être au garde à vous, qui ne tolère pas le moindre ecart dans ses habitudes, qui s accroche à mes jupes au moindre coup de téléphone (rien qu avant hier, j essayais tant bien que mal de naviguer sur le **** de serveur vocal de ces **** de chronopost, puis de comprendre mon interlocutrice exploitée depuis un pays lointain, tout ca avec Jasmine littéralement accrochée à ma robe, geignant non stop. Épuisant.)
    Bref…j’ai pensé à la théorie du 2eme aussi ou de l enfant du milieu mais elle a toujours été comme ca. Et moi aussi je suis la 2eme et n ai pas eu ce comportement (mais 2eme sur 2 et avec beaucoup d ecart..il y a tellement de configurations possibles que je ne sais pas quel crédit apporter à ces histoires de places dans les fratries ).
    Lilia a eu des periodes comme ca aussi, dans une moindre mesure, un terrible two classique qui avait été beaucoup calmé avec l entree à l’école.
    J avais déjà entendu parler de cette theorie et moi, je l avais bien aimee dès le départ ! Déjà parce qu elle est tres deculpabilisante (alors qu il est si facile de nous dire « vous en avez fait une capricieuse ! « , « fallait la laisser pleurer », « une petite fessee ca ferait pas de mal » et autres conseils bien avisés ..) , puis je trouve que ca se tient.
    Je dis souvent que Lilia a essuyé les plâtres en matière de parentalité chez nous, on a du commettre pas mal d erreurs car on n y connaissait rien. Avec Jasmine, on a fait beaucoup de choses autrement , on a ete moins pris par le boulot aussi car j’ai décidé de bosser un jour de moins à son arrivée et je pense sincèrement qu elle a eu un environnement plus secure affectivement que Lilia. Donc elle se lache.
    La grande question reste: se lachera t elle autant à l’adolescence ou c’est sa soeur qui prendra le relais? Ou les deux?😨
    En tous cas nous aussi on parle beaucoup avec elle pour debriefer ses colères. J aime bien ce livre et c’est aussi quelque chose que je lui répète. J avoue que des fois je pleure, je crise,je crie, mais meme quand je gere mal l instant je prends le temps de debriefer, de discuter…

    J'aime

    • lafamillebblog dit :

      J’adore lire tes commentaires Carole. Merci de les écrire de manière si détaillée. Tu es drôle et je me retrouve dans beaucoup de tes propos!! Ici aussi, chez Fériel, une crise classique entre 18 mois et 2 ans et depuis, ça coule. Je me suis un peu résignée avec Jasmée. Ça s’améliorera peut-être, mais je crois que ça ne coulera jamais…Nous aussi on se demande ce que ça donnera une fois ados!! Ce qui est certain c’est que Jasmée traine déjà au lit le matin et fait la gueule au lever, on a déjà un aperçu!
      En attendant on fait comme on peut et on croise les doigts pour que le 3ème soit hyper cool, n’est-ce pas? 😉

      J'aime

      • Carole dit :

        Merci ,tu me rassures car je m en veux toujours un peu quand je vois la longueur de mes commentaires une fois publiés 😊
        Le 3eme a cette réputation de  » s élever tout seul » et pour l instant, j avoue que Yanni est effectivement ultra patient, a fait tres vite ses nuits,sait jouer longtemps seul, est quasi toujours de bonne humeur et ca fait plaisir apres des filles qui ont mis tres longtemps à s apaiser pour le sommeil et me sollicitent encore énormément pour tout (et n importe quoi). Il a d ailleurs été surnommé « pépère  » tres tôt ! (Jasmine à la crèche : « Mon petit frère est né ! Il s appelle Pépère ! « 😂) et continue sur sa lancée.
        Voilà une idée de post: les 3emes…qui s accommodent du rythme déjà établi, qu on trimballe partout tout le temps et qui ne mouftent pas, à qui on dit mille fois par jour « attends, je te pose! » pour aller désamorcer une crise majeure ou éponger une catastrophe..Se vengeront ils un jour??

        J'aime

      • lafamillebblog dit :

        J’attends que Réjane grandisse pour voir si elle prend le chemin de Yanni mais c’est bien parti!
        J’ai bien ri pour « pépère! »!
        Quant à l’idée de post, elle est excellente, mais j’attends d’avoir plus d’anecdotes à relater pour l’écrire! Mais promis, je le ferai!

        J'aime

  2. maes dit :

    c’est vrai que tu n’étais pas une enfant compliquée mais je me souviens quand même de belles colères ou de réactions inattendues comme faire ton baluchon (un vrai baluchon !) ou, te jeter à nos pieds en implorant « pitié » (si, si j’vous jure) alors que tu avais poussé le bouchon un peu trop loin (comme Maurice) et que tu nous avais entendus arriver, plus qu’excédés… ce truc là m’a coupé tous mes effets, j’étais consternée, même plus, HORRIFIEE ! Tu nous as donné l’impression d’être une enfant battue, rien de tel pour que la colère retombe comme un soufflet 😉

    J'aime

  3. MARINE N dit :

    Oh merci Livia pour tes articles, je prends énormément de plaisir à les lire. J’ai pris du retard dans la lecture mais je regarde quand même régulièrement. Je m’excuse de ne pas toujours commenter, je me sens même honteuse car j’ai l’impression de « consommer » sans apporter de retour. Mais je veux que tu saches que je suis vraiment reconnaissance de ces articles. J’apprends des informations, je ris, je suis émue… Je veux commenter pour cet article, car je partage ce quotidien avec mon ainée. Elle a 5 ans (bientôt) 6. La 1ère année elle a été un bébé adorable, elle dormait beaucoup, mangeait bien, ne pleurait jamais…puis son caractère s’est révélé à 18 mois…une tornade…comme toi chaque jour, il y a avait une crise… je me remettait en question tout le temps, lisait beaucoup de blog, de livre, allait à des conférences….je culpabilisait beaucoup, j’avais peur du regard des autres sur l’éducation que je pouvais transmettre, moi qui ai toujours été une fille et femme, douce, calme, conciliante… j’avais en face de moi une sorte de « petit monstre » , je me disais c’est ca être parent ? et bien que du bonheur quoi… ce qui me faisait souffrir c’était mes réactions, je perdais patience, j’hurlais, je pleurais…bref je n’arrivais plus à être moi, à me contrôler et je n’aimais pas la maman que j’étais. Je parle au passé car c’est beaucoup mieux depuis 1 an…:) mais elle reste quand même fidèle à elle même, tempérament tout feu, tout flamme…par contre à la différence de Jasmée, Clara faisait aussi des crises de colères avec mes parents et mes beaux parents également:( … Je me pose aussi beaucoup de question sur la période d’adolescence,…mais bon chaque jour suffit sa peine:(

    Par contre nous la petite deuxième est une crème.. elle a du tempérament mais elle gère plutôt bien ses émotions et frustrations et ca c’est cool!!! et il n’y aura pas de 3ème, on en a tellement bavé que je ne prendrais pas le risque de recommencer encore 4 ans de galère…

    J'aime

    • lafamillebblog dit :

      Merci pour tes compliments Marine et commente quand tu peux, c’est déjà très bien!
      Il paraît que le comportement s’améliore nettement autour de 7 ans…l’âge de raison, la capacité à prendre du recul…on viendra témoigner ici le temps venu! 😀
      Mais tu as raison, que de questions et de douleurs, je comprends que tu ne veuilles pas recommencer! Nous on croise les doigts pour Réjane!

      J'aime

      • MARINE N dit :

        Que de fautes en relisant mon commentaire… Et je me rends compte que je suis dur aussi dans mes propos, je ne voudrais pas effrayé les futurs parents, en me relisant le mot « petit monstre » résonne trop négativement, je dirais à la place petite lionne :). Je ne parle que des colères et moments difficiles mais heureusement qu’il y a autant de moment de bonheur. et pour le petit 3ème je suis catégorique mais il parait que l’on a une mémoire sélective pour ce genre de chose…on verra ce que l’avenir nous réserve

        J'aime

  4. Adeline dit :

    Comme tu me fais du bien… Je reconnais tellement ma plus grande dans ce récit. Cela fait 6 ans que je me demande ce que j’ai fait de travers… Après quelques entrevues avec la psy, on en a déduit qu’elle a besoin de tout contrôler mais aussi de s’assurer que nos décisions sont immuables, je ne trouve pas le terme en français, mais que nous sommes «reliable» … bref, on a plus qu’à faire avec et tenir bon!

    J'aime

    • lafamillebblog dit :

      Ce WE je discutais justement de ça avec mes collèges et on se demandait si ce profil d’enfant était l’apanage du deuxième…tu viens de me prouver que non! Par contre, tu ne me rassures guère en disant qu’à 6 ans ça continue!! Chez Jasmée aussi je sens ce besoin de repousser les limites tout en ayant besoin qu’elles soient très solides…en tout cas moi aussi ça me rassure de voir que finalement, ces enfants dragons sont présents dans presque toutes les familles…

      J'aime

  5. Ariane dit :

    Moi aussi je m’interroge beaucoup sur ce « caractère » du deuxième, existe-t-il vraiment ? N’est-ce pas trop facile d’étiqueter un enfant en raison de sa place ? J’attends de voir comment évolue Aliénor pour ranger mon avis. Mais je confirme, ce n’est pas simple de savoir s’adapter à un caractère d’enfant différent, de faire face à des situations ou émotions inconnues. C’est bien, il y a toujours de la nouveau et de quoi se remettre en question avec un petit ! (au cas où on s’ennuierait) 😉

    J'aime

    • lafamillebblog dit :

      C’est sûr qu’avec ce genre d’enfants, c’est mille questions à la minute et beaucoup de recul à prendre…tu as raison c’est difficile de ne pas étiqueter, la tentation est grande d’opposer les caractères…et peut-être nos enfants se comportent-ils en conséquence…

      J'aime

  6. Cha dit :

    Merci pour cet article…j’y crois voir la description de ma fille, ma petite deuz et la dernière d’ailleurs!pas étonnant, hein!?
    Merci d’ailleurs pour ce blog, tellement agréable à lire. Bonne continuation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s