Pourquoi je n’ai pas allaité mes enfants, en 10 raisons

Le discours ambiant, depuis de nombreuses années maintenant, est clairement pro-allaitement. L’OMS, les professionnels de santé, les magazines, les bloggueuses, vous disent tous que c’est le meilleur choix pour nos enfants, et je suis à peu près d’accord avec eux. Sur le fond.

wp-1489764536053

En plus, il faut le reconnaître, c’est vraiment beau. C’est la classe, quoi.

Car sur la forme, je fais partie de ces mamans qui ne se reconnaissent absolument pas dans l’allaitement.

Mon renoncement à l’allaitement n’est pas une non-position, une sorte de capitulation par défaut qui ne s’assumerait pas. Renoncer, c’est choisir. J’ai choisi de ne pas allaiter. Du moins la cadette et la benjamine. L’aînée, on a essayé de me faire croire que je voulais.

Loin de moi l’idée de jeter la pierre à celles qui allaitent, ni de faire du pro-biberon, non, je veux vous raconter ici pourquoi je n’ai pas allaité mes enfants, tout comme certaines vous racontent pourquoi elles l’ont fait.

On y va?

1) Je n’ai pas allaité mes enfants car je n’ai pas les seins pour. Il y a celles qui mettent un bébé au sein comme une lettre à la poste. Il y a celles qui ont les seins en sang au bout de 5 minutes…euh, non, 3 minutes 30. Je fais partie de la deuxième catégorie.

2) Je n’ai pas allaité mes enfants car rien, pendant la grossesse, ne m’a rappelé que mon corps se préparait à le faire: je n’ai jamais produit une goutte de colostrum pendant mes grossesses, ni même le jour qui a suivi mes accouchements. Bon, il y avait bien mes seins qui ont grossi, mais ils m’ont davantage permis d’en profiter sexuellement que préparée à être mère allaitante. J’étais sexy. Même avec les veines. C’est la seule chose que mes seins pleins de lait m’inspirent.

3) Je n’ai pas allaité mes enfants parce que ma souffrance, ma fatigue et mon ras-le-bol ne passent pas après l’alimentation de mes enfants. Oui. Je suis une mère à l’écoute de ses propres vicissitudes.

4) Je n’ai pas allaité mes enfants car l’envie que mon corps me réappartienne après la grossesse était trop forte. Et légitime. Je me sentais détruite de partout. J’ai voulu préserver jalousement cette part de moi-même. Plus touche.

5) Je n’ai pas allaité mes enfants car contrairement à de nombreuses mamans, je n’ai ni l’envie, ni la force, ni le courage de tirer mon lait en cas de besoin. Un tire-lait, c’est aussi (plus?) barbare qu’un biberon…non?

6) Je n’ai pas allaité mes enfants pour réussir à conserver le peu de seins que j’avais. Et j’ai réussi. A peu près. L’adage « Ce n’est pas l’allaitement qui abîme les seins, c’est la grossesse », résonne à mes oreilles sur un fond musical de pipeau, même si je sais que mon expérience ne fait pas jurisprudence.

7) Je n’ai pas allaité mes enfants car je refuse d’être la seule sur qui repose l’enjeu de l’alimentation d’un nourrisson. Les coliques. Les reflux. Les vomitos. La mauvaise digestion. Ce n’est jamais de ma faute, c’est toujours celle de Gallia.

8) Je n’ai pas allaité mes enfants car je voulais pouvoir passer le relais au papa, aux mamies, aux cousines, aux voisines. Vous l’aurez aisément compris, je ne suis pas ce qu’on appelle « une mère louve ».

9) Je n’ai pas allaité mes enfants car je suis convaincue qu’une grande partie des horreurs qu’on respire et qu’on mange passe dans le lait (les allergènes des acariens le font bien, pourquoi pas les pesticides, les perturbateurs endocriniens et autres délices environnants).

10) Je n’ai pas allaité mes enfants parce que l’adage « les femmes le font depuis des milliers d’années », je l’ai vécu avec mon accouchement sans péridurale et…bah voilà quoi. J’en ai conclu qu’il fallait canoniser l’homme providentiel inventeur de la rachis-anesthésie. Au diable les milliers d’années.

Ce sont mes raisons, elles valent ce qu’elles valent, certaines vous paraîtront futiles, invérifiables, égoïstes, mais elles déculpabiliseront peut-être celles qui lisent régulièrement ici ou là des articles sur les bienfaits de l’allaitement. Comme toutes les mamans, je sais que l’allaitement, « c’est mieux ». Mais malgré tout, j’ai fait un autre choix. Alors oui, ça ne fait pas très pro-nature. Ça ne fait pas très co-machin. Ça ne fait pas très « priorité à mes enfants ».

Mais c’est moi. 

image

Oui, je sais, tout de suite, ça fait moins rêver. Surtout que j’ai l’air au bout du rouleau…

Que vous ayez allaité ou non, venez me raconter vos expériences: je me garderai bien de vous juger après un tel article!

26 réflexions sur “Pourquoi je n’ai pas allaité mes enfants, en 10 raisons

  1. Adeline dit :

    J’ai beau avoir allaité ma dernière pendant 7 mois et demi, je ne suis pas pro-allaitement non plus. J’ai toujours dit : il faut le faire comme on le sent. Je ne le sentais pas du tout pour ma première. Après quinze jours de crevasses, j’ai décidé que les bib, c’était vachement bien. C’est tellement intime comme choix, que franchement, ça ne regarde que les mamans. Et puis, quelque soit le mode choisi, les autres, on s’en tamponne! 😁

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      C’est vrai que c’est un choix tout ce qu’il y a de plus intime, mais qui a tendance à être régenté de nos jours par la sphère publique (tu me diras, c’est le cas de beaucoup de pans de nos vies dans la société actuelle). Je trouve ça top que tu aies testé les 2 et que tu ne sois pas restée sur un échec! Moi ça m’a vaccinée!

      J'aime

  2. Fran dit :

    Bonjour.
    Je commente pour la première fois même vous lis depuis votre blogspot grossesse .
    J’ai fait aussi le choix du biberon pour mes 2 enfants même si je savais, et surtout que l’on me disait, que c’était mieux pour bébé.
    J’ai préféré faire ce qui serait mieux pour moi, ce que je ressentais. Je n’étais pas à l’aise avec l’idée de tirer mon lait et voulais que le papa s’occupe aussi de bébé pour souffler un peu et pour que papa ne soit pas mis de côté dans ma relation avec bébé. C’est un choix que j’assume totalement et que je ne regrette pas, même si je trouve qu’il y a une grande incitation à l’allaitement.

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Ca me fait très plaisir que vous m’ayez suivie de mon blog grossesse jusqu’ici, et très plaisir également que vous preniez le temps de commenter! Merci pour votre témoignage qui montre que l’important, c’est d’être en accord avec soi-même. La pression qu’on nous met est effectivement un obstacle à une prise de décision sereine, je trouve.

      J'aime

  3. MamanDe4 dit :

    J’ai essayé pour les 2 premiers, ça n’a pas marché. Allaitement mixte y a rien de mieux pour ne pas persévérer. Du coup, pour la 3eme j’ai dit non. Il aurait fallu voir les regards / interrogations culpabilisateurs à la mater quand j’ai exprimé mon choix.. comme s’il fallait que je me justifie… en tout cas je te rejoins pour le point 8, et je pense que c’est ce qui a de salvateur pour moi !!
    Là, j’attends le 4 et je sais déjà mon choix, même si j’aurais souhaité avoir une bonne expérience ! Tant mieux si ça marche pour les autres !

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Merci pour ton commentaire, à la maternité ce fut terrible pour mon aînée, l’équipe est venue jusqu’en pleine nuit pour m’enjoindre de poursuivre un allaitement que je voulais stopper. J’ai ressenti une pression énorme que j’ai très mal vécue. Pour la 2ème et la 3ème, j’ai été tellement catégorique qu’ils n’ont pas bronché, on m’a fichu une paix royale! Peut-être que l’équipe avait changé aussi…Je comprends cette petite pointe de regret, on ne saura jamais « comment c’était »…mais encore une fois, confère mon point 10: j’ai testé l’accouchement « nature »…j’aurais préféré ne pas le faire!

      J'aime

  4. Carole dit :

    Alors ici…3 ans cumulés à allaiter dans ma vie!
    13 mois pour la grande, 12 et 10 et demi pour les suivants.
    On m aurait dit ça il y a 8 ans, je n y aurais pas cru!
    Parce que oui, je suis d accord avec le « c est mieux pour le bébé, les anticorps, tout ca » mais j ai aussi une confiance aveugle dans l alimentation pour bébé que je pense contrôlée et re-contrôlée à mort. J ai peut être tort hein, mais je suis persuadée que les laits artificiels 1er age sont de gde qualité et je rejoins Livia sur les saloperies qui passent dans le lait maternel :je suis loin d être une ayatollah du bio pour moi même donc ce n est pas l argument pro bio/ nature/ santé qui m a décidée.

    En fait, j ai décidé d allaiter au départ.. .par flemme. Oui oui, dit comme ça ca parait absurde.
    Enceinte de Lilia, je n étais ni pour ni contre et peu concernée par le débat pro bib ou pro allaitement.
    On m en a peu parlé durant la préparation à la naissance à la maternité, je me suis juste dit que ça faisait partie du « package » maternité, si mon corps y parvenait, pourquoi ne pas vivre ça. Mais sans grande conviction hein. .je n aurais pas eu trop d états d âme à passer au bib mais pour Moi, préparer et donner un bib s ajoutait à la liste des trucs de puériculture très techniques auxquels je ne connaissais rien et je me disais que si je pouvais dégainer un sein à bonne température nuit et jour sans rien nettoyer /stériliser /doser…c était royal et une corvée de moins.
    Effectivement à ce jour je ne sais toujours pas préparer un bib! Aucune idée de ce qu’ il faut faire avec ces doses de poudre, vu que Yanni est passé tout de suite au lait de croissance à 10 mois et les filles plus tard.

    Puis Lilia est née et j ai allaité aussi longtemps pour plein de raisons qui en fait, sont les tiennes à l envers !
    Elle a tout de suite tété, s est accrochée nickel au sein comme une pro. Aucun mérite pour moi. Quand ça se passe comme ça, sans crevasse ni rien, que bébé boit, prend du poids, que j ai assez de lait, ça régle bien des questions.
    J ai eu 3 bébés qui mettaient leur bouche comme il fallait, n ont jamais eu aucune colique, et j ai tjs eu du lait. Ils ont été très chiants chacun à leur façon sur bien d autres choses, mais jamais sur l alimentation.
    En clair j ai eu une méga chance, ça aide à apprécier et persévérer hein.
    Donc je serai bien la dernière à faire la morale à celles qui n allaitent pas…j aurais eu une seule crevasse, j aurais peut être arrêté de suite.

    Bref je l ai bien vécu, et c est la clé de tous les choix.
    Mon corps m y a aidée, il a toujours produit en conséquence, a gardé mes seins intacts après chaque période d allaitement, a fondu sans aucun effort durant chaque periode.
    Mes bébés m y ont aidée.
    Et j’y ai pris goût. Ça a certes été dur les 1eres semaines car comme tu le dis, on est seule responsable de tout ça, jour et nuit, des journées à 12 tétées c’est chaud qd tu as 3 h de sommeil ds les pattes.
    Mais une fois bébé calé, et encore plus une fois diversifié, j y ai vraiment pris goût. Je pensais sevrer Lilia à 6 mois en retournant bosser…puis ça se passait tellement bien que je suis retournée bosser avec mon tire lait.(là aussi, fastoche, en 10 min dans mon bureau à midi , j avais le bib du lendemain )
    Même chose pour les 2 autres, à près l expérience Lilia c était une évidence que je recommencerai avec les autres.
    Pour moi ça contribuait à conserver la bulle, celle de la grossesse que j ai tant de mal à quitter. .que mon corps ne soit pas qu’ à Moi, ça me faisait du bien, que bébé dépende de moi aussi ( quoi que c est très relatif hein…un bebe de 9 mois qui mange de tout est loin d être physiquement dépendant de sa tétée du goûter. .)
    C était devenu nos moments câlin, qui se sont a chaque fois arrêtés d eux mêmes vers 1 an quand notre relation à évolué.
    Bref, un choix qui était loin d être tranché, qui s est construit petit à petit, qui a réuni plein de paramètres et un gros facteur chance. Je n ai pas ressenti de pression a la maternité mais évidemment qd ils ont une patiente qui dit ok pour allaiter et ramène ensuite a la pesee un bébé de 3 jours qui a deja pris 300g, ils n allaient pas me casser les pieds.
    J ai par contre ressenti bcp d incompréhension passé 6 mois :  » vous allaitez encore ??? »,  » va falloir arrêter! »,  » vous allez le nourrir jusqu’à 18 ans?? Mais vous travaillez pas c est pour ca.. »
    Si si. .Pour les 3, je bossais.
    Donc: de quoi je me mêle ??
    Je comprends toutes tes raisons Livia et l important est qu’ on puisse chacune faire un choix qui nous convienne. Il n y a pas de mieux pour bébé, c est nous qui inventions l histoire qui nous convient le mieux. .

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Je te rejoins totalement: si mon premier allaitement avait été facile, j’aurais sûrement allaité. Je n’ai absolument pas persévéré. J’avais mal. J’étais crevée. J’étais déprimée. Toi tu étais faite pour allaiter (pour accoucher aussi, d’ailleurs!), et je trouve ça génial quand tu n’as même pas à te forcer, quand même le démarrage coule de source. Le discours, c’est beaucoup: il faut tenir, c’est difficile au début, après ça va tout seul! Mais c’est au début que j’étais une loque humaine! Au début que j’avais besoin et envie qu’on me foute la paix!
      Et je te rejoins aussi sur le discours ambiant quand tu te mets à dépasser les 6 mois d’allaitement: tu deviens une sorte de mère hippie-bobo-allumée, et le jugement est là aussi…
      Ah, toi aussi tu as ce ressenti sur ce qui est susceptible de passer dans le lait! Je me dis ça passe dans l’urine, le sang, les cheveux, et le lait maternel serait épargné? Tss, tss…
      Pour conclure, merci pour ce témoignage d’allaitement serein, assumé mais pas revendiqué, c’est super d’avoir différents sons de cloche!

      J'aime

      • Carole dit :

        Ah mais clairement, des études sont sorties et ont montré la présence de polluants et compagnie dans le lait maternel.
        A des quantités faibles, qui permet encore le discours  » les qualités propres au lait maternel l emportent sur la contamination, mieux vaut un lait maternel pas top qu un lait artificiel ».
        Même discours officiel pour allaitement et cigarette !
        Alors oui le lait maternel a peut etre bien des propriétés magiques qu’ on ne pourra jamais reproduire artificiellement mais pour qui habite en ville, ne mange pas forcément bio et utilise déos et autres produits cosmétiques, il est loin d être parfait.
        Donc l un dans l autre…je suis persuadée d avoir donné qqchose de bon à mes enfants avec mon lait, d avoir fait de mon mieux mais je les ai exposés à des saletés. Tout commd je l ai fait pendant ma grossesse malgré mes mille précautions..j habite en ville, ils respirent ça aussi.
        Alors la qualité du lait ne devrait pas faire culpabiliser les non allaitantes.

        En tout cas je me sens chanceuse d avoir eu autant de facilités. Ces 3 allaitements longs font partie de ce qui me manquera le plus de la maternité. Quand ça se passe bien, ça peut vraiment donner des moments magiques que je souhaite à toutes celles qui font ce choix.

        J'aime

      • LafamilleB dit :

        Oui, bon, c’est bien ce que je pensais, chacun décide en son âme et conscience mais on ne peut plus avancer l’argument santé pour le lait maternel. L’argument anticorps, oui, l’argument proximité, oui, l’argument respect de l’enfant oui, mais plus l’argument santé. C’est toujours super intéressant de te lire Carole.
        Et oui, tu as eu de la chance, ça devrait se passer comme ça pour tout le monde!

        J'aime

  5. Nadine Debert dit :

    alors moi c’est vieux 37 ans et une toxoplasmose évolutive on m’a mis aussi la pression et après une hospitalisation à 7 mois 1/2 de grossesse pour placenta prévia hémorragique , une césarienne en catastrophe l’estomac plein ! joyeux au réveil en plus des douleurs – oui on m’a mis la pression un toubib a même osé me tâter les seins que j’ai généreux je sais !!! comme on touche les mamelles d’une bonne vache laitière, mais j’ai tenu bon je n’en pouvais plus et je ne me sentais pas en état de tenter l’expérience mon bébé n’ayant pas le réflexe de succion ! donc ce fut les biberons mais pas simple non plus étant donné les circonstances – ne vous laissez pas influencer votre bébé grandira quand même pensez à vous mesdames!

    J'aime

  6. Lucie L. dit :

    Alors moi, comme je te l’ai déjà dit dans un autre commentaire, c’est allaitement.J’ai allaité mes 3 enfants (pour la dernière c’est toujours en cours!)
    Mais alors comment j’ai commencé et pourquoi??? Aucune allaitante dans ma famille mais ça m’apparaissait comme une évidence. Je ne me voyais pas nourrir mes enfants avec quelquechose que je n’aurais pas bu moi-même (ouais ok je suis byzarre!). Alors je m’y suis mise et là ce qui a tout décidé c’est que je suis tombée sur des super sage-femme qui loin de me forcer à allaiter m’ont soutenu, m’ont expliqué que ce ne serait pas toujours facile (et après la montée de lait je peux le dire c’est un euphémisme!!) et m’ont vraiment aidé. Bref mon 1er allaitement c’est vraiment bien passé. Il a finalement duré 6mois. J’ai adoré le fait de ne rien avoir à emmener pr partir en balade, j’ai adoré les tétées les yeux dans les yeux. Donc pour le 2ème une évidence, j’ai remis ça pendant 7 mois. Et là pour ma chouquette c’est partir pour. Mais même si j’adore allaiter, j’ai à chaque fois été très heureuse d’arrêter, de retrouver mon corps à moi rien qu’à moi , de regagner mon autonomie totale et de pouvoir ENFIN boire un verre de vin!!!!!!
    Je trouve qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises manières de nourrir son bébé. Chacune fait ce qu’elle pense être le mieux. Mais tu as raison ce n’est pas toujours facile à assumer. (moi en allaitant je passe pour la mère possessive « on ne peut jamais la prendre pour lui donner à manger! » ou complètement soumise à mes enfants ( mais en vrai non je vais bien merci!) Une de mes sage-femmes géniales du début m’avait dit « Mieux vaut un biberon donné avec amour qu’on sein donné à contre coeur. »

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      L’accompagnement est en effet fondamental, mais je pense aussi qu’au départ il faut être sûre de soi et ne pas vouloir « juste essayer ». Ce n’est pas suffisant face aux difficultés de l’allaitement. Pour toi c’était fondamental, alors tu as réussi, je pense qu’il y a une relation cause à effet.
      Et j’ai donné chaque biberon avec un amour fébrile, les yeux de mon bébé fixés sur les miens, en lui murmurant des mots d’amour. Je crois vraiment qu’un bout de téton n’aurait rien changé! J’avais déjà entendu l’adage de ta sage-femme qui est simple, efficace et déculpabilisant! Merci pour ton témoignage Lucie!

      J'aime

  7. bou_dchou dit :

    « Ce n’est jamais de faute, c’est toujours celle de Gallia », m’a fait bien rire!
    Alors moi j’ai carrément fait les 2, je croix que je peux être érigée en sainte pour avoir fait ça pendant 7 (oui, 7) mois! Je ne suis pas pro-allaitement, mais j’ai adoré allaiter! Malheureusement, à cause de mon hémorragie, de la transfusion puis de l’hystérectomie, je n’ai jamais vraiment eu de montée du lait et je n’ai pas eu assez à donner. Mais quand on me l’a mis au sein, ça a été mon 1er bonheur avec mon bébé.
    Donc, allaitement mixte: je commençais par allaiter, des 2 côtés, puis je faisais un bib pour compléter… Et tout ça avec le moral à 0… Mais je suis très fière de l’avoir fait, et ne regrette pas une seule seconde d’avoir tenu bon comme ça pendant 7 mois

    J'aime

  8. Ambre dit :

    De mon côté je n ai pas allaite mes deux enfants par choix. Pour moi il vaut mieux donner un biberon avec amour qu allaiter par « force ».. Car je trouve dommage aujourd’hui hui d avoir autant de remarque quand on n allaite pas! Heureusement que mon choix de donner le biberon était bien assumé et suivi par mon mari car les remarques doivent être difficiles à accepter lorsque l on a pas réussi un allaitement… La pression est tout de même très importante pour « inciter » à l alliatement… Mon choix du biberon était assume au moment des naissances et je n ai jamais eu de regrets!!!
    Je pense qu il fait n écouter que soi et son corps pour choisir!

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Je viens de me rendre compte que je n’ai jamais répondu à ton commentaire, honte à moi!
      Je trouve que quelque chose ressort fortement des mères non allaitantes: cette pression qu’on nous met. Il y a une remise en question nécessaire de ce côté je trouve. C’est insupportable d’avoir l’impression que les autres savent mieux que nous ce qui est bon pour nos enfants…

      J'aime

  9. Ariane dit :

    Bon, je ne me reconnais évidemment pas dans ce post, mais ce que j’aime, c’est le choix assumé et non-culpabilisé. On n’a pas le droit de culpabiliser une femme qui n’allaite pas, l’intime a ses raisons. Et plein de mères qui allaitent ne sont pas de bonnes mères pour autant.

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Je savais que ce post ne te parlerait pas du tout, mais suis ravie que tu réagisses néanmoins! Tu sais que j’ai beaucoup évolué sur la question! Notre vécu joue beaucoup aussi, j’avais été frappée d’ailleurs par la différence entre tes 2 allaitements et ton 2ème si « réparateur ».

      J'aime

  10. Cindy dit :

    Je ne comprends pas cette pression qu’on met sur les mamans…c’est déjà tellement dur de devenir maman !!! On en prend tellement plein la tronches et le corps que rajouter le poids d’un allaitement non désiré ou tout simplement physiologiquement impossible me fatiiiigue.
    J’ai allaité pour les deux. Peu de temps (entre 4 et 5 mois), mais moi je le voulais, j’en avais ressenti le besoin même ! Je voulais me réapproprier mes enfants qui m’avaient été enlevées par césarienne. Les sentir contre moi, savoir que je les nourrissait m’ont permis de me racheter et de me sentir maman. En plus il paraît que j’avais des tétons de compète !!! Mais je n’ai pas de seins et je n’ai jamais produit une quantité énorme de lait. Ça a même été plus compliqué pour Adèle mais ça a été deux expériences qui m’ont aidé à effacer deux accouchements très compliqués et à me sentir mère. Voilà une expérience de plus 🙂

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Je te comprends tellement. Je peux ressentir ton besoin viscéral à travers tes mots. Si mon histoire avait été différente, mon rapport à l’allaitement l’aurait peut-être aussi été…merci pour ton témoignage!

      J'aime

  11. Cindy dit :

    Et pardon pour les fautes d’accord et tout et tout. Je devrais me relire !! Je les nourrissais…deux expériences qui m’ont aidée… Et bien d’autres. Mon tel change parfois sans que je m’en aperçoive. Grrrr !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s