Regarder ses enfants dormir 

Focus dégoulinant d’amour (j’assume) sur l’un de mes rituels le plus précieux et établi: regarder mes enfants dans leur sommeil.

Depuis bientôt 7 ans, depuis que Fériel est née, depuis que je suis une maman, tous les soirs, quasiment sans exception, je fais un détour dans chaque chambre pour voir mes filles dormir.

img_2641

Juste avant d’aller moi-même au lit. C’est l’un de mes petits rituels. J’allume la lumière du couloir, pour pouvoir les voir nettement sans les réveiller.

De manière très pragmatique, pour savoir si elles n’ont pas vomi, si elles ne sont pas en train de transpirer comme des bœufs, et si elles ont moins de 12 mois, pour être sûre qu’elles sont toujours vivantes.

En réalité, il n’y a quasiment jamais de mauvaises surprises, et c’est un prétexte pour les regarder tout mon soûl, le visage abandonné, dans des positions improbables. J’aime les toucher, les écouter respirer, et parfois même les sentir (je le faisais beaucoup étant enceinte). J’aime scruter les différentes parties de leur visage, l’ourlet de leurs lèvres, leurs sourcils apaisés, et comparer leurs paupières, leurs cils, la taille de leurs mains, le rythme de leur respiration.

Je les ai déjà trouvées à l’envers dans le lit. Toutes nues. En transverse. Le doudou sur la tête. Sans le haut ou sans le bas du pyjama, au choix. Avec une montagne de mouchoirs éparpillés à côté d’elles. Dans des positions parfois tellement particulières qu’on aurait dit qu’elles avaient été pétrifiées de la veille au sommeil.

Quand elles sont bébés, j’aime entendre leur respiration ténue, presque inaudible, et les petites jambes immanquablement repliées « en grenouille ». J’aime évaluer la proportion entre leur petit corps et l’immensité du lit. J’aime voir les boucles se former sous leurs oreilles par l’effet de la chaleur. La tétine au bout des lèvres. La bouche entrouverte.

img_2634

Dans ces moments, j’oublie toute la fatigue de la journée, j’oublie à quel point elles ont pu parfois être difficiles, et je sens un immense amour m’envahir. C’est un amour qui me remplit, qui fait gonfler mon cœur et ma poitrine. Ça marche à tous les coups et je trouve ça providentiel, cette ardoise effacée chaque soir, cette remise à zéro, qui me permet de les réveiller avec le sourire le matin (quand j’ai bien dormi). Dans ces moments, j’ai l’impression que leurs lits sont des sapins et mes enfants des cadeaux d’innoncence qu’on aurait déposés dedans.

Je me dis que j’ai de la chance. D’avoir pu avoir des enfants, et autant que je voulais. D’avoir des enfants en bonne santé. Je les sens tellement vulnérables que c’est presque toujours à ces moments que je souhaite qu’il ne leur arrive rien. Ni maladie, ni mort, ni malveillance.

img_2640

Je me rappelle des choix ou des erreurs que j’ai faits. Je leur demande d’être indulgentes.

C’est mon moment de bonheur particulier, exclusif, une petite pépite de temps, d’éternité et d’amour à l’état brut, volée à la course folle de nos vies trépidantes. 

J’entretiens cette pépite comme une plante dont on prend soin. Car je sens que cette dose de plénitude quotidienne me permet de me reconnecter à l’amour animal que j’ai éprouvé pour elles quand elles étaient nourrissons, et que je n’éprouve plus qu’à de rares occasions depuis qu’elles ont grandi.

Et sentir qu’on peut éprouver autant d’amour, et autant de formes d’amour pour de petits êtres vivants, ça donne confiance en la vie…non?

28 réflexions sur “Regarder ses enfants dormir 

  1. Madame Bobette dit :

    Je fais(ais) exactement la même chose que toi et exactement pour les mêmes raisons. Jusqu’à il y a 2 petites semaines où Tess s’est réveillée et voulait finalement se lever car après tout, la sieste était terminée… On a essayé de la rendormir jusqu’à 1h30 du matin… C’était long! On a réussi mais depuis j’hésite vraiment à rentrer dans sa chambre 😉

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Tu m’étonnes! C’est le risque de notre petit bonheur: le payer au centuple! Ça m’est arrivé de shooter dans un jouer ou de les réveiller avec la lumière mais les miennes sont un peu des souches dans ces cas-là, elles ouvrent un œil, baragouinent un truc et se rendorment…mais du coup je n’ose pas rester et je suis frustrée!! 😄

      J'aime

  2. Lucie dit :

    Moi aussi je suis une voyeuse!! Dans la journée les occasions de se poser sont rares avec 3 ptits loups, alors quand ils sont couchés je trouve quelquefois (pas tous les soirs mais régulièremen) un prétexte, ( une toux, trop chaud trop froid, et si il leur manquait quelquechose???) et je rentre à pas de velours. Je reste là pendant quelques minutes à les écouter dormir. C’est un moment très intense car l’amour que je ressens pour eux est aussi fort que la vulnérabilité qui dégage d’eux. Je me dis qu’ils me donnent une telle force mais que eux sont si fragiles.
    Quant à ma petite crevette, je profite de ces instants bénis car elle dort dans notre chambre (pour allaiter ça évite les allers retours la nuit et moi aussi je l’écoute respirer et je la renifle juste au creux de son ptit cou!)
    Et puis ils sont si beaux , je mesure pleinement ma chance…

    J'aime

  3. Fran dit :

    Très bel article qui révèle bien l’amour maternel presque animal. Je ne couche jamais sans être passée voir les enfants dormir, peut importe l’heure et l’état de fatigue. C’est le moment pendant lequel je réalise combien je les aime et les trouve magnifiques et si paisible.

    J'aime

  4. Sib dit :

    Ça m’arrive également très souvent, mais ça n’est pas pour moi une habitude immuable. Et ce d’autant plus quand j’entends en montant l’escalier que l’un de mes garçons est dans une phase de sommeil agité. Peur effectivement de regretter ce petit plaisir et d’attendre ensuite un long moment avant de gagner moi même mon lit. Sous les reproches du papa…!
    Une réflexion : j’ai l’impression qu’il s’agit d’un rituel purement (uniquement?) maternel. Je me trompe peut être…
    Je ne m’étais jamais fait la réflexion qu’il s’agissait d’une façon de tourner la page de la journée et de son lot d’agacement, pour débuter celle du lendemain régénérée d’amour, mais c’est tout à fait ca!
    Bon ça y est, je regrette de ne pas avoir fait mon détour ce soir, je me relève! 😉

    J'aime

    • LafamilleB dit :

      Je me suis fait exactement la même réflexion que toi! Mon mari le fait uniquement quand il me surprend en train de le faire, du coup il en profite et ne boude pas son plaisir, mais ira extrêmement rarement le faire de lui-même! Y a-t-il des papas qui regardent leurs enfants dormir?
      😊 pour le petit détour imprévu!

      J'aime

  5. Marine dit :

    Je ne déroge pas à la règle mais depuis peu…
    La porte grince beaucoup et le plancher craque… ce qui réveillait quasi systématiquement Céleste qui limite m’avait entendue monter les escaliers et m’attendait debout dans son lit à barreaux avec un grand sourire de chipie (du grand Céleste). Elle ne faisait pas trop d’histoire pour se recoucher et se rendormir mais j’ai vite perdu cette habitude pour respecter son sommeil. Depuis qu’Augustine est née, c’est le rituel de tous les soirs. Céleste a grandi et a dû prendre l’habitude de ces petits bruits. Elle dort désormais d’un sommeil profond. Et Augustine est un bébé différent, bien plus posée. C’est déjà arrivé à Gabriel de me demander ce que je fous là-haut. « Héhé! Tu ne peux pas comprendre! » ^^

    J'aime

  6. Maman dit :

    mais oui, il semble bien qu’il n’y ait que les mamans pour faire ça !! Du temps où vous étiez petits, c’était pareil : j’étais seule à vérifier que tout allait bien et « profiter » !

    Vite les papas, quelques témoignages pour nous faire mentir 🙂

    J'aime

  7. Picou dit :

    Je crois qu’en tant que mamans nous partageons toutes cette félicité à les voir dormir, l’innocence à l’état pur, le calme serein, la gratitude. C’est comme toi un des moments où je suis le plus comblée, lorsque je les regarde abandonnées au sommeil.

    J'aime

  8. Ariane dit :

    Magique ! Mais alors voilà bien quelque chose que je n’ai jamais osé faire, trop peur de les réveiller ! Je savoure donc les quelques matins où – horreur, je déteste ça ! – je dois les réveiller pour, au moins, pouvoir les contempler…

    J'aime

  9. jenesuispasunepoule dit :

    Moi aussi j’adore ça!!! Je ne manque jamais d’aller les voir abandonnées dans les positions les plus improbables dans un sommeil si profond que même un baiser déposé sur le front ne les réveille pas…. ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s