Stupeur et égarements

Petit bilan de cette reprise et de cette première période de classe qui ont été lisses et réussies en apparence, mais douloureuses et mouvementées psychologiquement.

La rentrée et la reprise ont été pour moi un choc énorme dont j’ai mis 4 semaines à me remettre: reprise du rythme, perte de repères, relations froides (oserais-je glaciales?) avec la plupart de mes collègues. Moi qui étais habituée à la chaleur humaine quotidienne, aux bonjours, aux sourires, aux nouvelles, aux anecdotes, aux échanges, j’ai eu l’impression d’errer comme une âme en peine pendant des dizaines de jours.

p5.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Lire la suite

Look et maternelle: 10 ans de résistance

Coquette et féminine, je l’ai été dès le lycée et la fac. Je me mettais souvent en jupe et talons. Je me vernissais les ongles et changeais de couleur de vernis tous les deux jours. Je me maquillais et changeais de coiffure tous les jours. J’assortissais mes bijoux à mes vêtements.

image

Tout cela, je le fais encore. La différence, c’est que je suis entrée en résistance.

Un jour, j’ai eu une discussion look avec mes (anciennes…snif) collègues, et le débat portait sur cette question: Quand on est instit de maternelle, faut-il renoncer à « bien » s’habiller? (Z’avez vu? Passionnants, nos débats du midi. Je ne vous dis pas le choc maintenant que je ne fais que parler cahiers de réussite et répartition de compétences).

Parce que la réalité quotidienne, à l’école maternelle, c’est ÇA:

Lire la suite

La malédiction de l’école jardineuse

Le jardinage, j’aime vraiment pas ça. Et en plus, je suis nulle. Mais le jardinage avec 25 enfants de 3 à 5 ans, je déteste.

Il faut préparer la terre. Creuser des trous. Enfin, les élèves creusent des trous. Mais comme ils ont pour certains des mains minuscules et frêles, c’est toujours moi qui finis par me coltiner les 25 cratères. Le plus souvent, je déterre au passage les semences de l’année d’avant, à moitié mortes ou pourries. Après, il faut mettre le bulbe/la graine. Les 3/4 sont trop ou pas assez enfoncés. Quand il s’agit de graines, je ne sais jamais si j’en mets trop ou pas assez. C’est sale. Le plus souvent j’ai complètement zappé l’atelier et j’ai mis un superbe pantalon ou des bottes toutes neuves et toutes propres. On fait ça à la Toussaint et il pleut et il fait froid. Y’a des bestioles bizarres qui surgissent de partout. Ça fait mal aux genoux. Ça fait mal au dos. Il faut reboucher. A ce moment, il y en a toujours un qui a le nez qui coule ou qui doit faire pipi, alors qu’avec l’ATSEM, on est en pleine action. Le matériel est tout pourri et on ne parvient à rien avec. Je mets trop de terre au début et y’en a plus pour que les élèves comblent les derniers trous. Du coup je suis obligée d’aller racler à gauche pour rajouter à droite. On rentre se laver les mains et y’en a partout. Le tout pour un résultat maigre ou inexistant. Nan, en fait je ne déteste pas le jardinage, je hais le jardinage.

Enfant-jardinage-|-630x405-|-©-Fotolia

Sur les photos, les petits n’enfants sont toujours beaux, propres, sages et équipés, pourtant.

Lire la suite

Are you cahier de vacances?

Les cahiers de vacances « maternelle » pullulent dans les librairies et magasins: on y va ou pas?

Je me souviens qu’enfant, folle que j’étais, je les réclamais à ma mère qui m’en achetait pour me faire plaisir mais se fichait comme d’une guigne que je les finisse, et je ne les finissais d’ailleurs jamais. Déjà, à l’époque, je sautais toutes les pages « maths », et me concentrais uniquement sur le « français ».

Aujourd’hui, les éditeurs poussent le vice au point de créer des cahiers pour la maternelle. Ces derniers vous promettent « tout le programme », labellisé par des enseignants qui ont bien entendu, toujours participé à l’élaboration des ouvrages.

Lire la suite