Les repas ou la philosophie du « Tu laisses »

Suite à l’épisode d’une élève de mon école qui a recraché par le nez un repas qu’on l’avait forcée à manger la veille, j’ai eu l’envie d’aborder notre façon très décomplexante d’envisager les repas dans la famille. C’est parti.

S’il y a bien un domaine où nous avons abandonné absolument toute forme de chantage et de pression envers les enfants, c’est celui de la nourriture et des repas.

Il faut dire qu’on a accumulé les bêtises avec Fériel jusqu’à ses 18 mois environ: chantage, menaces, cris, diversions y compris par vidéo, récompenses…tout le répertoire y est passé. Jusqu’à ce que je décide brusquement de lâcher tout le lest et de ne plus faire de l’alimentation un enjeu. Pourquoi brusquement? Je ne sais plus. Est-ce un article que j’avais lu? Le sentiment que tout cela avait un lien avec la violence? La conviction que c’était totalement inutile?

Lire la suite

Pourquoi je n’ai pas allaité mes enfants, en 10 raisons

Le discours ambiant, depuis de nombreuses années maintenant, est clairement pro-allaitement. L’OMS, les professionnels de santé, les magazines, les bloggueuses, vous disent tous que c’est le meilleur choix pour nos enfants, et je suis à peu près d’accord avec eux. Sur le fond.

wp-1489764536053

En plus, il faut le reconnaître, c’est vraiment beau. C’est la classe, quoi.

Car sur la forme, je fais partie de ces mamans qui ne se reconnaissent absolument pas dans l’allaitement.

Mon renoncement à l’allaitement n’est pas une non-position, une sorte de capitulation par défaut qui ne s’assumerait pas. Renoncer, c’est choisir. J’ai choisi de ne pas allaiter. Du moins la cadette et la benjamine. L’aînée, on a essayé de me faire croire que je voulais.

Loin de moi l’idée de jeter la pierre à celles qui allaitent, ni de faire du pro-biberon, non, je veux vous raconter ici pourquoi je n’ai pas allaité mes enfants, tout comme certaines vous racontent pourquoi elles l’ont fait.

On y va?

Lire la suite

C’est votre tour

Voilà bientôt 5 mois que nous avons débuté ensemble l’aventure de mon blog. Mon nombre de lecteurs et d’abonnés ne cesse d’augmenter, doucement mais sûrement, avec des moyens artisanaux mais sincères. Chaque lecteur gagné et conservé à la force de mes écrits est une reconnaissance personnelle qui me touche et me donne envie de continuer et me surpasser.

Je m’attache à vous, à vos réactions, à vos commentaires.
Je parle beaucoup de moi sur ce blog, et j’aimerais à mon tour en connaître davantage sur vous. Je ne revendrai rien à personne, je ne saurais même pas comment m’y prendre!

Lire la suite

Père Noël: c’est déjà la fin

Dans notre famille, on croit au Père-Noël. Pour moi, il ne s’agit nullement d’un mensonge, mais plus d’un rite qui construit puis déconstruit des illusions et qui sert de passage dans l’enfance.

Au petit-déjeuner, Fériel a demandé à Hamid, alors qu’on était en train de débarrasser la table, si c’était vraiment le Père Noël qui apportait les cadeaux, ou si c’étaient les parents. Nous nous étions récemment mis d’accord que si nos enfants nous donnaient l’occasion de déconstruire le mythe, nous sauterions dessus.
Mais Hamid, pris au dépourvu, et craignant que Jasmée n’entende, a répondu à notre aînée que c’était bien le bonhomme à barbe.

Quand il m’a rejointe dans la cuisine en me racontant l’évènement, je lui ai demandé si Fériel avait parlé de copines qui auraient cafté, et que dans tous les cas, elle avait des doutes, et qu’on ne pouvait pas laisser passer l’occasion.

image

Noël 2011

Nous avons rappelé Fériel et fermé la porte de la cuisine:

Lire la suite

La colère s’en va, le deuil commence

Ces derniers jours, j’ai conscientisé que la grossesse et la maternité allaient me manquer. On y est.

J’ai cru que ce serait simple et vite plié. J’ai cru que j’étais vaccinée. D’ailleurs, quand j’ai raconté mon accouchement et mes suites de couches autour de moi, les réactions ont été spontanées et unanimes: « Ah, bah au moins t’es vaccinée!! ». Oui, je l’étais. J’étais vaccinée parce que j’étais en colère. En colère contre moi-même. Contre le corps médical. Contre mon corps. Mais un deuil ne se décrète pas. Il se vit. J’ai franchi plusieurs étapes d’un seul coup, et je sens maintenant qu’il me faut revenir en arrière pour expérimenter les paliers que j’ai pulvérisés sous l’assaut de ma rage.

the-end

Lire la suite

Look et maternelle: 10 ans de résistance

Coquette et féminine, je l’ai été dès le lycée et la fac. Je me mettais souvent en jupe et talons. Je me vernissais les ongles et changeais de couleur de vernis tous les deux jours. Je me maquillais et changeais de coiffure tous les jours. J’assortissais mes bijoux à mes vêtements.

image

Tout cela, je le fais encore. La différence, c’est que je suis entrée en résistance.

Un jour, j’ai eu une discussion look avec mes (anciennes…snif) collègues, et le débat portait sur cette question: Quand on est instit de maternelle, faut-il renoncer à « bien » s’habiller? (Z’avez vu? Passionnants, nos débats du midi. Je ne vous dis pas le choc maintenant que je ne fais que parler cahiers de réussite et répartition de compétences).

Parce que la réalité quotidienne, à l’école maternelle, c’est ÇA:

Lire la suite

J’peux pas, j’ai psy.

Ceux qui m’ont lue précédemment le savent: j’ai débuté une psychothérapie quasiment à la date de début de ma 3ème grossesse (un mois avant), en mars 2016.

Cet article est dans les cartons depuis 4 mois. Une personne m’a aidée à me lancer à le publier en me demandant d’en parler.

Tout le monde sait que les français sont les champions du monde de prise d’anti-dépresseurs. En revanche, 5% (et encore, c’est large) de la population seulement consulte un psy (chologue/chothérapeute/chiatre), pour 2/3 de femmes (ça vous étonne? Moi, absolument pas malheureusement…). Personnellement, c’est l’une des démarches qui m’a demandé le plus de courage dans ma vie.

image

Lire la suite